mardi 9 février 2021

Finition tableau de bord

J'aime bien le style des avions des années 30 et notamment les tableaux de bord bouchonnés.

J'avais déjà bouchonné le tableau de bord du Latécoère 28 du Cercle des machines volantes (asso basée à Compiègne qui restaure des avions de la période de l'entre deux guerres).

Le bouchonnage permet de faire briller un tableau de bord en cassant les reflets du soleil pour éviter de se faire éblouir.

Voilà d'abord une photo du résultat avec le tableau installé dans l'avion :



Une photo du tableau juste après le bouchonnage :



Le bouchonnage est une opération relativement aisée. J'ai utilisé des meules à bouchonner achetées avec le lien suivant : 


Il faut une perceuse à colonne et faire un gabarit (planche en bois avec des repères) pour décaler en X le tableau de la bonne distance entre chaque descente de la meule. 

Au bout de chaque rangée il faut déplacer le gabarit en Y pour passer à la ligne suivante et ne pas oublier de décaler l'origine en X d'un demi-pas pour bouchonner en quinconces.


Grace aux prototypes de tableaux de bord en bois découpés laser, le montage à bord de l'avion n'a posé aucun soucis.

dimanche 17 janvier 2021

Nouvelle hélice

Lors de l'accident, l'hélice avait été brisée. 

Ces derniers jours, j'ai donc cherché une nouvelle battante pour motoriser le Jodel. J'ai pu trouver mon bonheur grâce à une annonce sur le site du RSA. C'est une hélice Evra 142/92/RE. Autrement dit, un diamètre de 142cm et un pas de 92cm. Elle est en bon état.





L'hélice


mardi 22 décembre 2020

Nouvel atelier

 Je vous présente ma nouvelle coloc avec Géry et son Loiret !

L'atelier avant que Géry n'y apporte son Loiret

Le Jodel et le Loiret cote à cote

Avec Géry nous avons soudé deux bâtis à roulettes. Un pour y fixer l'aile verticalement, et l'autre pour déplacer le fuselage seul.

Le bâti d'aile est bien utile. Il ne reste qu'à y fixer des roulettes.

Le bâti pour le fuselage en place

lundi 21 décembre 2020

Rapatriement de l'avion à la Rochelle

Au total, j'ai passé 3 semaines à Montauban pour assembler et entoiler l'aile avec l'aide de Gino, le menuisier aéro du centre CQR. J'y ai appris énormément, et c'est la raison pour laquelle je ne regrette pas d'être allé là-bas malgré la distance entre La Rochelle et Montauban.

Pour l'assemblage final de l'avion, j'ai trouvé et je loue un atelier à 10 minutes de chez moi en collocation avec Géry, un ami constructeur amateur qui construit un Loiret ULM.

J'ai ensuite rapatrié l'ensemble des pièces de l'avion sur une remorque. C'était un sacré voyage, mais je suis vraiment heureux d'avoir l'avion à quelques minutes de la maison !

L'attelage ! Les empennages sont dans le camion.

Je me rends compte qu'un projet comme cela est impossible tout seul et nécessite l'aide de nombreuses personnes ! Alors, Merci à César et Julie de m'avoir aidé à tout charger sur la remorque et d'avoir fait la route avec moi ! Merci à Valentin de m'avoir prêté les tréteaux absolument parfaits pour le Jodel ! Merci Arthur pour le prêt du camion et de la remorque ! Merci à Géry et Laëtitia pour m'avoir aidé à décharger l'avion dans l'atelier !

dimanche 20 décembre 2020

Jour 15 à Montauban : Peinture des pièces métalliques

Le 16/10/2020 était dédié à la peinture des pièces métalliques. 

Au programme : pied de manches à balais, palonniers, charnières d'ailerons, poignée de freins.

Dans un premier temps j'ai nettoyé les pièces avec un touret à meuler équipé d'une brosse métallique. C'est très pratique et très efficace pour supprimer la peinture déjà existante sur des pièces.

Ensuite, j'ai passé une couche de primer métallique en bombe. Enfin, 2 ou 3 couches de peinture en bombe viennent finir la pièce.


En haut un palonnier avec une couche de primer. En bas le pied de manche avec 2 couches de peinture.


Les manches démontés

Les palonniers peints

Les charnières d'ailerons peintes (les vis seront changées)

La poignée de frein après peinture et remontage



samedi 19 décembre 2020

Jour 14 à Montauban : Installation des trains

Le 15/10/2020, nous avons entoilé les 2 volets. 

L'entoilage des volets en cours

Ensuite, nous avons positionné les jambes de trains fixes sur le longeron, et nous avons percé les trous de fixation. Pour cela il faut prendre garde à bien percer perpendiculairement à la surface du longeron pour bien déboucher au bon endroit de l'autre coté. Avec quelques petits ajustements, cela se fait bien.


Le train fixe droit en place avant perçage


Vue avec les deux jambes de trains fixes en place

Nous avons ensuite ajusté et mis en place les 2 jambes mobiles dans les fourreaux fixes. Pour rappel, j'ai récupéré les "cubes" alu des trains accidentés pour les remonter sur des tubes acier neufs. Il a fallu ajuster légèrement le diamètre intérieur d'un des cubes qui ne voulait pas se monter sur le tube rond. Après un léger chariotage au tour, nous avons obtenu un ajustement parfait entre ces deux pièces.

Ajustement au tour du diamètre intérieur d'un palier de train

Le montage des trains s'est bien passé. Le caoutchoucs amortisseurs de l'ancien train étant trop vieux, j'ai acheté un nouveau lot de caoutchoucs chez la société Avions Jodel. J'attends de les recevoir avant d'assembler définitivement les trains.

Montage des trains

Pour finir la journée, j'ai démonté et nettoyé les 2 roues/freins à tambour. Il reste suffisamment de garniture sur les mâchoires de freins donc je vais les remonter comme cela. J'ai changé une des deux chambres à air qui avait été écrasée entre les deux demi-jantes lors du précédent montage.

Démontage et nettoyage des roues

jeudi 29 octobre 2020

Jour 13 à Montauban : Entoilage

Aujourd'hui (14/10/2020)... ENTOILAGE !!!!


Matos :

- La toile utilisée est du Dacron - Diatex 1500.

- Bande de toile

- La "colle" est de l'enduit Solo de Diatex également.

- Pinceaux + rouleaux pour appliquer l'enduit

- Pinces pour tenir la toile en place

- Huile de coude


Enduit Solo de Diatex

Toile Diatex 1500

Bandes de toile


Première étape : On pose la toile sur l'intrados, on la découpe grossièrement autour de l'aile. On vient encoller le bord d'attaque en partant du centre et en s'éloignant vers les saumons afin de chasser les plis au fur et à mesure de l'avancement. 
On enduit ensuite le bord de fuite de la même manière, tout en prenant garde à tendre légèrement la toile vers l'arrière de l'aile. Ensuite, on enduit le saumon, les trappes de visite, les sorties de câbles d'ailerons.
Tout un tas de petites découpes sont nécessaires afin que la toile épouse bien les formes de l'aile.
On passe 2 couches d'enduit dilué à 25%, en attendant que la couche précédente sèche avant d'appliquer la suivante. A ce stade, il y a de nombreux plis sur la toile dans la partie centrale, et c'est normal car on vient maintenant chauffer cette zone avec un fer à repasser. Le Dacron étant thermo-rétractable, il se tend au passage du fer et les plis disparaissent.
On applique une dernière couche d'enduit non dilué sur l'intégralité des zones coffrées.

Une fois la colle sèche, on vient détourer proprement les contours de la toile. Pour le bord d'attaque, on vient découper la toile avec un cutter selon une ligne droite le plus en avant possible de l'aile. La toile de l'extrados viendra en recouvrement sur la toile de l'intrados.
Pour le bord de fuite, on vient encoller les faux longerons, et on découpe la toile le long de l'extrados. La toile de l'extrados viendra elle aussi en recouvrement sur la toile de l'intrados sur les faux longerons.


On retourne ensuite l'aile. Pour l'extrados 2 morceaux de toile sont nécessaires car le siège au centre n'est pas entoilé. On utilise la même technique que pour l'intrados. 

L'aile retournée

Pour éviter que la toile ne se décolle le long de la cassure du dièdre lors de la tension, on vient la pincer sous une baguette de bois vissée dans la nervure N6. Cette baguette sera recouverte d'une bande de toile pour dissimuler les têtes de vis. On encolle ensuite les contours de l'aile (sans encoller les chapeaux de nervure pour le moment).

Détail de la baguette sur la nervure N6

Le collage des contours de la toile

Une fois la toile tendue, on vient encoller les chapeaux de nervures et tout le reste de l'aile. Comme pour l'intrados, une multitude de découpes sont nécessaires pour poser proprement la toile. A certains endroits, des patchs ont besoin d'être collés pour recouvrir la structure encore nue.


Pour la découpe propre de la toile, le principe revient au même que pour l'intrados. On découpe la toile selon une ligne droite environ 10 cm sous le bord d'attaque. On a un bon recouvrement pour éviter que la toile ne se décolle en vol.

On pose enfin une bande bien droite sur la liaison entre les deux morceaux de toile.
On pose également une bande sur l'arrête de bord de fuite ou s'arrête la toile. On peut venir avec le fer à repasser pour marquer précisément le pli. 

Comme pour l'intrados, on passe 3 couches d'enduit ; diluée à 25% pour les 2 premières couches, puis non diluée pour la dernière couche.

Voilà le résultat :

L'aile entoilée

C'est beau hein ?!? :D

En parallèle, on a rentoilé l'aileron gauche qu'on avait désentoilé hier.

Aileron gauche entoilé

Pour finir cette longue journée, j'ai fini les volets. 

Finition des volets

Finition tableau de bord

J'aime bien le style des avions des années 30 et notamment les tableaux de bord bouchonnés. J'avais déjà bouchonné le tableau de bor...